Perspectives des actions mondiales – T2 2024

Synthèse

  • Après la forte hausse de nombreux marchés actions ces derniers mois, nos gérants de portefeuille sont désormais un peu plus prudents quant aux perspectives. Bon nombre des meilleures valeurs sont aujourd'hui assez onéreuses et nous observons des signes de risque dans les attentes suscitées par l’IA. La diminution des perspectives de baisse des taux d'intérêt, qui ont largement contribué au rebond des marchés, donne également matière à réfléchir. 
  • Les fondamentaux des bénéfices des entreprises restent toutefois solides. La croissance des bénéfices s'est accélérée et généralisée aux États-Unis, la tendance semble également s'améliorer en Europe, alors qu’en Asie, les bénéfices sont élevés tant au Japon qu'en Inde. Dans l’ensemble, 2024 s'annonce comme une bien meilleure année en matière de croissance des bénéfices, après une période morose dans le sillage de la pandémie de COVID.
  • Après les performances spectaculaires des meilleures (et des plus grandes) valeurs de croissance ces derniers mois, nos gérants de portefeuille sont nombreux à se tourner vers des valeurs moins onéreuses dans les secteurs industriels plus cycliques du marché. Toutefois, ils préfèrent encore largement investir dans des entreprises de bonne qualité aux performances plus prévisibles. En dehors des États-Unis, nous observons une amélioration progressive des fondamentaux en Europe, des cours élevés en Inde ainsi que des fondamentaux toujours dégradés en Chine, compensés seulement en partie par de faibles valorisations pour les investisseurs.

Bilan des derniers mois

2024 s'annonce toujours comme une année très correcte pour la croissance des bénéfices des entreprises à l’échelle mondiale. Les sociétés américaines dominent toujours en la matière, grâce à une économie domestique résiliente, à un solide pouvoir de fixation des prix et, bien sûr, aux rôles de leaders des entreprises du puissant secteur technologique. Nos prévisions ont même légèrement augmenté ces derniers mois et la généralisation tant attendue de la croissance des bénéfices à d’autres secteurs semble se confirmer.

Les perspectives de bénéfices sont selon nous favorables. Mais après la hausse spectaculaire de nombreux marchés lors des six derniers mois, nos gérants de portefeuille sont un peu moins enthousiastes quant aux perspectives, et désormais très peu d'entre eux tablent sur des performances de marché supérieures à la moyenne. Les valorisations élevées dans les secteurs les plus en vogue du marché (une fois de plus) et les inquiétudes persistantes concernant les perspectives macroéconomiques ont quelque peu refroidi notre enthousiasme. Cependant, seuls quelques-uns de nos gérants s'attendent à des performances très faibles. Nous avons identifié de nombreuses opportunités en matière de sélection des valeurs, avec un écart entre les valeurs bon marché et les actions onéreuses toujours historiquement élevé sur les marchés actions mondiaux. D'un point de vue quantitatif, les secteurs de la finance, de la santé et de l'énergie semblent faiblement valorisés par rapport aux tendances passées. Les valeurs technologiques sont bien entendu onéreuses.

Les nouvelles idées de nos gérants de portefeuille ont pris une tournure plus « contrariante » ces derniers temps, avec un retour en force des thèmes liés à la gestion value. Les meilleures entreprises peuvent encore constituer d'excellents investissements à long terme. Mais beaucoup d'entre elles semblent s’être rapprochées de leur potentiel de valorisation et les leaders des secteurs de la technologie et du luxe affichent des multiples très élevés.

De nombreux gérants de portefeuille sont prêts à renforcer leur exposition aux valeurs plus sensibles à la conjoncture, mais la qualité demeure un attribut très prisé. Les valeurs liées aux matières premières, vulnérables aux difficultés économiques persistantes de la Chine, et les valeurs onéreuses surfant sur la dynamique indienne sont les principaux segments à alléger.

Une année satisfaisante en matière croissance des bénéfices

Nos prévisions concernant les bénéfices des entreprises sont restées globalement très stables au cours des derniers trimestres, et nous continuons à penser que 2024 sera une bien meilleure année pour la croissance des bénéfices sur l'ensemble des marchés mondiaux, après deux années de stagnation (Graphique 1). Les entreprises américaines dominent toujours en la matière, avec des gains à deux chiffres attendus sur fond de croissance économique dynamique.

Les dépenses de consommation restent soutenues, même si les ménages font plus attention aux prix, les entreprises investissent massivement dans les centres de données et les dépenses publiques apportent un soutien supplémentaire.

Cette année, la croissance des bénéfices s'étend au-delà des grandes capitalisations technologiques qui ont généré l’essentiel de l’augmentation des bénéfices l'année dernière. Le pouvoir de fixation des prix des entreprises, qui reste globalement solide, peut sembler inquiétant pour ceux qui misent sur une hausse du marché obligataire.

Au Japon, les prévisions de bénéfices ont également été révisées à la hausse. En Europe, la moins bonne situation économique entraîne de légères révisions à la baisse des prévisions à court terme, mais certains signes témoignent d’une embellie des perspectives. L'économie de la zone euro semble se stabiliser, les prix des facteurs de production sont en baisse sensible et les cours de bourse résistent.

Les entreprises européennes se montrent également plus généreuses avec leurs actionnaires (qui sont souvent mal considérés depuis longtemps), via des dividendes et des rachats d'actions. Dans nos analyses, les secteurs bancaire et industriel, moins en vogue, semblent particulièrement bon marché.

La Chine reste un marché particulièrement atone sur le front des bénéfices, à la fois pour des raisons de court et long terme. Nos prévisions de bénéfices des entreprises restent sous pression alors que nous réévaluons les perspectives au cas par cas. Cette tendance est bien connue et intégrée dans les cours, mais l'incertitude entourant la politique du gouvernement à l'égard des entreprises reste un casse-tête pour les prévisionnistes.

Intelligence artificielle : révolutionnaire, mais des signaux d’alerte apparaissent

Notre Comité d’investissement trimestriel a naturellement consacré beaucoup de temps à l’intelligence artificielle. Les valeurs technologiques, en particulier aux États-Unis, dominent les marchés actions depuis plus de dix ans, avec une progression globale de plus de 20 % de l’indice S&P 500 Technology ces quinze dernières années.

Nous avons donc à nouveau analysé le thème de l'IA et nos conclusions se sont encore révélées assez mitigées. Certes, l'augmentation des dépenses consacrées aux centres de données est impressionnante, elle ne montre aucun signe de ralentissement et a des répercussions massives sur la demande globale en électricité dans tous les pans de l'économie. Toutefois, la plupart des entreprises utilisatrices des solutions d’IA n’en sont qu’au stade expérimental et nos analystes estiment que l'IA n’est pas encore tout à fait « prête à l’emploi » pour être déployée par les entreprises.

Malgré un potentiel gigantesque à long terme, nous pourrions assister à une déconnexion, tant au niveau des fondamentaux que des attentes du marché, entre l'ampleur des investissements nécessaires à la construction des centres de données et le rythme de la demande finale pour ces mêmes centres. Les performances demeurent incertaines.

Que faire désormais ? Nous avons maintenu de nombreux investissements dans les bénéficiaires les plus probables de l'IA, mais nous avons allégé ces positions ces dernières semaines, afin de rechercher de manière plus active des opportunités dans des domaines connexes, comme les réseaux électriques.

D'un point de vue quantitatif, nous surveillons attentivement l'apparition de signaux de risque sur des titres présentant un momentum des cours très élevé. Le momentum des cours a fait office de puissant catalyseur des marchés et coïncide aujourd'hui à la situation de la fin des années 1990, même si les fondamentaux des bénéficiaires de l’IA d'aujourd'hui sont beaucoup plus solides. Nous observons désormais une corrélation plus étroite entre les valeurs de momentum et les actions très risquées, mais elle reste bien en deçà des niveaux d’alerte observés à la fin des années 1990 et à nouveau au début de 2022 (Graphique 2).

Depuis 2020, la pondération des actions indiennes dans l'indice MSCI Emerging Markets a augmenté de 10 points de pourcentage, à 18 %, dans une proportion presque similaire à la baisse de la pondération des actions chinoises sur la même période (Graphique 3). La situation d'ensemble semble très favorable puisque l'Inde peut se targuer d'une croissance économique plus soutenue et d'un endettement nettement moins élevé. Notre équipe de recherche estime que les bénéfices vont continuer à croître d’environ 17 % cette année, grâce à la fois à la croissance des chiffre d'affaires et des marges.

Malgré des fondamentaux clairement attractifs, les valorisations élevées du marché indien constituent un risque manifeste pour les investisseurs. C'est notamment le cas dans l’univers des petites et moyennes capitalisations, dont les multiples dépassent désormais 35x en moyenne. Les valeurs immobilières, par exemple, se négocient souvent à plus de 60 fois les bénéfices et celles du secteur de la consommation non-cyclique à plus de 50 fois. De nombreuses tendances restent intéressantes à long terme (augmentation de la demande énergétique, énergies renouvelables et énergies vertes, infrastructures et construction), mais identifier des valeurs présentant des valorisations attractives est une toute autre histoire. Nous allons rechercher de meilleures opportunités pour procéder à de nouveaux investissements en Inde.

Le Graphique 4 présente les opinions des membres de notre équipe. Nombre d’entre eux préfèrent les valeurs de grande qualité et ont identifié des titres moins onéreux parmi les valeurs cycliques.

Construire des portefeuilles actions plus robustes avec J.P. Morgan Asset Management

Notre expertise des marchés actions repose sur des ressources considérables dans l’ensemble des régions et des secteurs, et sur notre engagement à encourager les meilleurs talents. Générer une performance régulière est au coeur de toutes nos préoccupations.

Une gestion active axée sur les résultats :

  • Nous bénéficions de l’expertise locale et des ressources considérables de notre équipe mondialement intégrée composée de professionnels aguerris de la gestion actions.
  • Nous possédons une vision plus large des marchés actions grâce à nos perspectives macroéconomiques et de marché opportunes, et nous nous appuyons sur nos outils internes d’analyse des portefeuilles et des actions.
  • Nous investissons dans une gamme étendue de stratégies actions gérées de manière active, couvrant ainsi de multiples styles de gestion et zones géographiques.
  • Nous collaborons avec l’une des sociétés de gestion actions les plus importantes au monde et nous bénéficions de notre long historique en matière d’innovation et de performance.