Les ETF obligataires ont enregistré une collecte record cette année, alors que les investisseurs font face à la hausse des rendements et à l’incertitude des marchés. Selon Morningstar, plus de 50 milliards de dollars ont été investis dans des ETF (Exchange Traded Funds) obligataires UCITS au cours des neuf mois précédant le 31 septembre 2023. Cela représente plus de 40 % du flux net total des ETF UCITS. En termes d’actifs sous gestion, les ETF obligataires représentent environ 25 %.

Malgré les avantages potentiels offerts par les stratégies actives obligataires, la grande majorité de ces flux provient des ETF obligataires passifs. Si la gestion active suscite un intérêt croissant, seulement 30 % des acheteurs en ETF estiment qu’il est utile d’utiliser des ETF actifs pour investir dans des titres obligataires, selon l’enquête 2023 Trackinsight Global ETF. Nous pensons que plusieurs idées erronées empêchent les investisseurs de choisir la gestion active.

Nous abordons ici les quatre questions clés que les investisseurs devraient se poser lors de la sélection des ETF obligataires.

Optimiser l’allocation obligataire

Le fait que l’allocation de votre portefeuille obligataire remplisse le rôle qui lui est assigné peut dépendre de l’indice choisi et de l’approche, active ou passive, que vous adoptez.

Les stratégies passives, qui visent à suivre de près les indices obligataires tout en minimisant les coûts, restent extrêmement populaires auprès des investisseurs. Les indices obligataires pondérés en fonction de la capitalisation présentent toutefois certaines limites. Premièrement, ils accordent le plus grand poids aux émetteurs les plus endettés. Les fonds passifs seront donc – par défaut – davantage concentrés sur les émetteurs les plus endettés, pas nécessairement les plus solvables.

Deuxièmement, les fonds passifs n’ont aucune marge de manoeuvre lorsque la composition de l’indice change. Par exemple, au cours de la dernière décennie, la qualité de crédit du marché des obligations d’entreprises qualité Investment Grade s’est détériorée. Alors que les entreprises ont profité des taux d’intérêt historiquement bas pour emprunter davantage sur les marchés de la dette, l’encours de la dette des entreprises de qualité investissement a augmenté et les notations de crédit ont chuté. Les ETF passifs reflètent le risque de crédit et de taux d’intérêt de l’indice sous-jacent, les stratégies actives, en revanche, ont la capacité de se concentrer sur les émetteurs les plus attractifs sur la base d’une recherche de crédit rigoureuse.

Suivre la performance des indices obligataires

Suivre la performance des indices obligataires n’est pas une tâche facile. Prenons l’exemple de l’indice Bloomberg Global Aggregate Bond. Cet indice a été lancé en 1990 et se compose d’obligations d’État, d’obligations liées à l’État et d’obligations d’entreprises, ainsi que de titres adossés à des actifs, à des créances hypothécaires et à des créances hypothécaires commerciales d’émetteurs des marchés développés et émergents. Avec plus de 29 000 titres issus de 4 554 émetteurs répartis sur 28 marchés en monnaie locale, il s’agit de l’un des indices les plus importants au monde en termes de composants.

Seule une poignée de fournisseurs d’ETF proposent des ETF passifs suivant l’indice Global Aggregate Bond. Aucun de ces ETF passifs n’inclut la liste complète des composants, car il est trop complexe et coûteux d’inclure près de 30 000 titres obligataires. Certains ne contiennent qu’environ 10 000 obligations. Même si ces ETF sont passifs, les fournisseurs d’ETF doivent toujours prendre des décisions d’investissement actives sur les obligations à inclure - mais les décisions sont prises sur la base de la garantie d’une faible erreur de suivi et non pas dans une perspective de gestion des risques ou de génération d’alpha, comme c’est le cas avec les ETF actifs.

Quelle est la liquidité de mon exposition aux ETF obligataire ?

La théorie selon laquelle les ETF obligataires actifs seraient être moins liquides que les ETF passifs est fausse. Qu’ils soient actifs ou passifs, la plupart des ETF obligataires emploient des méthodologies d’échantillonnage pour s’exposer au marché, les bureaux de négociation des clients disposant de plusieurs options pour exécuter leur flux ETF. Par conséquent, pour comprendre la liquidité d’un ETF, les investisseurs doivent tenir compte de son cycle de vie de négociation. Par exemple, quelle est l’ancienneté de l’ETF et quel est le montant des actifs sous gestion ? Quelle part du volume de l’ETF est négociée en bourse et hors bourse, et quelle est la liquidité des obligations sousjacentes ? Et quelle est la probabilité que mon ordre aboutisse à une création ou à un rachat sur le marché primaire ?

Qu’ils soient actifs ou passifs, les investisseurs devraientégalement identifier des ETF obligataires qui sont gérés par une équipe dédiée aux marchés de capitaux dotée d’une solide plateforme technologique et de relations solides avec un ensemble diversifié de Authorised Participants (AP). Le fournisseur d’ETF doit être en mesure de démontrer qu’il peut fournir aux AP toutes les informations dont ils ont besoin pour fournir une tarification efficace de l’ETF à tout moment, tout en utilisant les marchés primaires et secondaires pour augmenter la liquidité. Si tel est le cas, la négociation d’ETF actifs, en termes de liquidité et de prix, n’est pas différente des ETF passifs.

Comment trouver le bon émetteur d’ETF actifs ?

Le marché des ETF obligataires actifs UCITS continue d’innover et se trouve dans une phase de croissance qui lui permet d’offrir un ensemble de solutions nouvelles et diversifiées à tous les types de clients. Si les ETF passifs et les fonds communs de placement actifs ont pris une longueur d’avance, une vague de nouveaux ETF UCITS obligataires actifs a fait son apparition sur le marché au cours des 12 derniers mois. Actuellement, 33 ETF obligataires actifs UCITS sont disponibles, offrant plusieurs types de classes d’actions, y compris des options couvertes contre le risque de change.

Tout comme pour la sélection du bon indice obligataire dans le cas des ETF passifs, il est important d’examiner attentivement la stratégie sous-jacente lors du choix d’un fournisseur d’ETF actifs. Les capacités et les ressources du fournisseur d’ETF sont également cruciales. Étant donné que les ETF actifs s’appuient sur la recherche, un fournisseur d’ETF actifs devrait idéalement disposer d’un réseau mondial d’analystes et de gestionnaires de portefeuille fournissant à ces derniers les informations nécessaires pour sélectionner les opportunités les plus intéressantes.

ETF actifs obligataires de J.P. Morgan Asset Management

Les ETF J.P. Morgan sont rigoureusement conçus pour repousser les limites de l’investissement ETF afin que les investisseurs puissent constituer des portefeuilles diversifiés à des prix compétitifs. Concernant l’investissement obligataire, les processus d’investissement mondiaux éprouvés de J.P. Morgan apportent à votre portefeuille une recherche approfondie, des talents diversifiés et une gestion rigoureuse des risques, donnant accès à des ressources approfondies et à une expertise spécialisée pour naviguer avec succès sur les marchés obligataires complexes d’aujourd’hui. Que vous recherchiez le rendement, le rendement total ou la stabilité, J.P. Morgan Asset Management est le plus grand fournisseur actif d’ETF UCITS, proposant neuf ETF gérés activement sur les marchés mondiaux des obligations globales, de crédit, à haut rendement, vertes, sociales et durables, et à revenu ultra-court.